2017 - Les Auto-Paysages Portatifs de Lanmary nataliecosson.com
2017 - Les Auto-Paysages Portatifs de Lanmary
Pour moi qui travaille essentiellement en extérieur, l'hôpital est le lieu du manque par excellence. Le seul lien qui reste avec le dehors (l’air, le vent, la nature...) est la fenêtre.
Même fermée, elle ouvre sur un paysage_; même s'il n’est pas exactement celui dont on rêve, on peut le reconstruire.
Et cela nous renvoie inévitablement, nous qui sommes là, enfermés et souffrants, à des paysages traversés, habités, vécus ou simplement imaginés, à cette partie de nous-même qui, dans cet environnement étranger, n'a que très peu d'endroits où s'exprimer.
Alors certainement, il peut être nécessaire de nous appliquer à retrouver ce paysage qui est le nôtre, qui nous habite où que nous soyons, peut-être même à le découvrir.
C’est dans cet esprit que ce projet d'intervention en milieu hospitalier a commencé à se matérialiser.

Le principe des A.P.P. consiste à créer à partir de contenants divers de récupération (valises, tiroirs, boîtes, cartons, planches...) et d'éléments glanés dans la nature, ce paysage qui est le nôtre, qui nous habite, qu'il nous arrive d'oublier, parfois même d'ignorer. Les A.P.P. seraient un lien perpétuel avec le dehors, une espèce de fenêtre qui nous accompagne toujours et partout, où que nous soyons, au cœur d'une ville, en prison ou sur un lit d'hôpital.

De l'expérience du contact avec la nature il s'agit de retenir des sensations, une atmosphère, des lignes, des matières, des détails insignifiants, d'expérimenter divers jeux de re-construction, de re-composition, de superposition ou de juxtaposition plus ou moins réalistes, plus ou moins improbables. Le paysage est prétexte au développement d'une diversité de combinaisons. Les A.P.P. sont des propositions d'interprétation de notre relation très personnelle au paysage, à nos émotions, à notre sentiment de perte, de manque, à notre besoin de lien préservé avec l'au-dehors. Les A.P.P. deviennent une espèce de mise en abîme de l'unité retrouvée entre l'intérieur et l'extérieur, entre l'immobilité et le mouvement.




Voilà une manière pour le patient de faire émerger des souvenirs, des nostalgies et de faire place à la force de son imaginaire. Une manière, ce faisant, de prendre un recul, de "réassurer" sa présence à la communauté du monde dans cet environnement si particulier qu'est celui de l'hôpital.

Ce projet a été porté par la volonté d'introduire de la manière la mieux adaptée la culture et les arts dans le milieu hospitalier et de contribuer ainsi, modestement, à améliorer les conditions de l'expérience hospitalière.
Quelques réalisations des patients du centre hospitalier de Lanmary...
L'installation des A.P.P. dans le hall du château.
Top